CETA nous de choisir

Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 03/11/2017
20 h 00 min - 21 h 45 min

Catégories


En vue de la prochaine action CETA du 18 novembre, « retrouvons-nous dans la rue partout sur le territoire, pour dire notre opposition au CETA« , le collectif se réunira le vendredi 3 novembre à 20h00, pour définir comment nous allons décliner cette action localement..
Nous sommes en attente de  la confirmation d’une salle à Guingamp. Le plan B sera une salle à Buhulien. Vous l’aurez compris que le lieu vous sera communiqué dans un prochain courriel et nous vous demandons donc de réserver d’ors et déjà cette date dans vos agendas.
 
Autre point: deux pétitions sont aussi dans les tuyaux… Signez les et faites les signer:
 

1) Demandez à Emmanuel Macron de mettre un terme aux accords transatlantiques !

Pour y participer, cliquez ici : https://www.collectifstoptafta.org/actu/article/tafta-ceta-demandez-a-emmanuel-macron-de-mettre-un-terme-aux-accords

 

De quoi s’agit-il ?

Les négociations sur le TAFTA, bien que critiquées par le Gouvernement français, menacent de se ré-ouvrir et le CETA menace d’ếtre définitivement adopté dans les prochaines semaines.

Demandez à Emmanuel Macron que la France se retire des négociations sur le TAFTA et qu’elle refuse d’adopter l’accord avec le Canada (CETA). Pendant ce temps, le CETA qui est lui a été voté par le Parlement européen le 15 février 2017 devrait être voté par le Parlement français dès le mois d’octobre 2017. S’il est adopté, il créera un précédent pour le TAFTA et d’autres traités de libre échange dits ‘de nouvelle génération’.

 

 

2)  CTA nous de choisir, exigeons un référendum auprès de nos parlementaires!

Pour y participer, cliquez ici : https://www.collectifstoptafta.org/actu/article/ceta-nous-de-choisir-exigeons-un-referendum-aupres-de-nos-parlementaires

De quoi s’agit-il ?
La commission d’expert.e.s, saisie sur ces sujets par Emmanuel Macron, a confirmé les risques sanitaires et environnementaux du CETA, ainsi que pour le secteur agricole, notamment du fait de l’effet d’entraînement sur d’autres accords similaires en cours d’élaboration*. Le CETA fait aussi peser de lourdes menaces sur les PME et au delà sur le niveau d’emploi. Aucune mesure de surveillance et de contrôle ne sont susceptibles de corriger ou de prévenir les risques identifiés ou pressentis sans réouverture des négociations. Vu les enjeux, les interrogations et les craintes, les citoyen(ne)s doivent en être saisi(e)s par référendum.

* Ces effets sont déjà confirmés ces jours-ci dans les faits par l’offre de L’Union Européenne aux pays du Mercosur en terme de quotas bovins notamment.

Amitiés militantes;
 AlainS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *