Reprend le contrôle de tes données

Un sujet de Florent

Nous avons tous l’habitude d’utiliser des logiciels dans notre vie quotidienne, sans vraiment se poser la question de savoir si le logiciel sert mon intérêt en tant qu’utilisateur, ou l’intérêt de l’entreprise qui la créé, ou d’une personne ou organisation qui exploite ces failles de sécurité ?

Si tu n’en es pas encore persuadé je t’invite à lire ceci : http://www.april.org/l-apres-snowden-donner-la-priorite-au-logiciel-libre-pour-une-informatique-de-confiance

Prenons un exemple simple, mon logiciel de traitement de texte « word ». Microsoft en est  propriétaire. Il que ne te permet simplement que de rédiger un texte. Mais, n’y a t’il pas a l’intérieur du code (le moteur sous le capot) des failles de sécurité qui permettent de récupérer tes données à des fins commerciales ou de renseignement ?

Le simple faite d’utiliser un logiciel propriétaire (comme Microsoft par exemple) dont le code source (on a dit que le code source correspond en fait à la machinerie qui fait tourner le logiciel) est caché, ne permet pas de savoir ce que fait le logiciel exactement et rend plus complexe la détection de failles de sécurité.

Nous pourrions de même, prendre l’ exemple de ton imprimante. Nous avons toutes et tous conscience que l’obsolescence programmée est un sujet de préoccupation majeur à l’heure actuelle. Qu’est-ce qui me garantie, a part le constructeur, qu’il n’y a pas dans ce code source, une ligne du programme qui donne à la machine pour instruction, d’arrêter toute impression à partir d’un certain temps ou d’un nombre d’impressions ? Une seule personne est en mesure de me le garantir, c’est le propriétaire du logiciel lui-même puisque le code qui permet à la machine de fonctionner est secret . C’est ce que l’on appel un logiciel privatif (logiciel non libre) que l’on ne peut ni auditer, ni partager, ni améliorer.

Le logiciel libre est une alternative au logiciel privé ?

Le logiciel libre [free software] désigne un logiciel qui respectet la liberté des utilisateurs. En gros, cela veut dire que les utilisateurs ont la liberté d’exécuter, copier, distribuer, étudier, modifier et améliorer ces logiciels.

Les quatre libertés essentielles

Un logiciel libre est un programme qui répond à ces quatre libertés essentielles :

  1. la liberté d’exécuter le programme comme tu le souhaites, pour n’importe quel usage ;
  2. la liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu’il effectue tes tâches informatiques comme tu le souhaites (l’accès au code source étant une condition nécessaire) ;
  3. la liberté de redistribuer des copies, donc d’aider ton voisin ;
  4. la liberté de distribuer aux autres des copies de tes versions modifiées. En faisant cela, TU donnes à toute la communauté, une possibilité de profiter de tes changements.

Source : https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

*https://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre#D.C3.A9finition_de_la_Free_Software_Fondation_.28FSF.29

Libre ne veut pas forcément dire gratuit, des logiciels peuvent très bien être libre et payant.

Le simple fait d’être gratuit ne veut pas dire que le logiciel soit libre pour autant. Pour cela, il faut qu’il remplisse les trois conditions définit par la FSF (Free Software Fondation).

Qu’un logiciel soit libre ne garantit pas, à coup sûr qu’il soit parfaitement sécurisé. En revanche, il  est possible de trouver plus facilement des failles ou un code malveillant et de corriger les problèmes.

Mais où peut-on trouver des alternatives au logiciel privatif ?

Les logiciel propriétaire les plus connus ont des alternatives libres.  L’alternative à « Office de Microsoft » est, par exemple, « LibreOffice » la suite bureautique créée et gérée par The Document Fondation . Mais aussi Gimp ou les différents systèmes d’exploitation à base du noyau Linux comme Debian Ubuntu et bien d’autres, des systèmes de gestion de base de donnée, comptabilité, dessin, CAO etc...

Tu peux trouver une liste sur :

Tu peux également trouver des informations sur les logiciels libres sur  :

Enfin? je t’invite a lire le livret numérique qui complète l’Avenir en commun dont des passages traitent de ce sujet en te rendant sur :

Ces sites citées sont les plus connus, il en existe bien d’autres site, tu les trouveras facilement par simple recherche sur le net. Profitons de cette occasion pour citer lilo.org qui est une alternative à Google.

Reprenons le contrôle de nos données, de nos vies, de nos institutions en privilégiant dans la mesure du possible les logiciels libre.