L’aide à domicile, une « bombe sociale » à retardement

Sujet proposé par Cédric N.
 

Résultat de recherche d'images pour "personnes âgées"Voici le communiqué de presse que nous avons lancé pour dénoncer l’horrible projet du Conseil départemental 22 (CD22) sur son choix de privatiser le secteur de l’aide à domicile dans le Trégor.Les Insoumis du Trégor 22 s’insurgent contre l’attaque libérale que la majorité du Conseil départemental porte  sur les services d’aides et d’accompagnement à domicile de notre territoire du Trégor.

Le choix irrégulier fait par la droite de privilégier un investisseur privé comme l’Amapa est une décision idéologique libérale stupide. Il est inacceptable de vouloir laisser faire son profit de rapace sur « l’or gris de l’économie du vieillissement » et de la dépendance.

Nous appelons la population trégorroise dans son ensemble (usagers, familles, salariés) à ne pas se laisser faire et à se mobiliser pour mettre en échec ce projet funeste pour tous.

Nous exigeons du Conseil départemental qu’il abandonne sans délai ce projet de privatisation en coupe réglée du secteur de l’aide à domicile.

Cependant, la création par LTC du Groupement de Coopération Sociale et Médico-sociale (GCSMS) visant à mutualiser les services d’aide à domicile n’est qu’une réponse partielle et bien tardive face aux enjeux du secteur.

La France Insoumise estime que seul un vrai Service public national de l’aide à domicile, serait nécessaire pour couvrir les besoins essentiels de la population la plus fragile  en assurant une égalité territoriale d’accès à la prise en charge des bénéficiaires, une homogénéité des statuts et conditions de travail de tous les salariés du secteur et un financement pérenne des services.

C’est pourquoi, nous demandons la mise en place d’États Généraux de l’aide à domicile (comme le département l’a fait pour la culture), afin que soit débattue, dans une grande concertation citoyenne et avec tous les acteurs, la question de l’accompagnement  à domicile, son organisation, son financement, les conditions de travail de ses salariés et la prise en charge des bénéficiaires.

En effet, au vu des besoins sociaux et de santé grandissants à couvrir, nous sommes en présence d’une véritable « bombe sociale » à retardement à laquelle chacun d’entre nous va être confronté. Plus d’infos : insoumisdutregor22.fr

 

Pour autant, si l’urgence commande de faire stopper le projet du CD22 ce n’est pas une raison pour valider à contrario et automatiquement le projet de LTC (Lannion Trégor Communauté). Celui- ci n’est pas sans intérêt certes, mais au final il n’est qu’un aménagement au moindre mal (par des fusions et regroupements de services associatifs et syndicaux de tout le territoire) au projet austéritaire et libéral que le CD22 a proposé.

Bref rappel : 

Sur le département des Côtes d’Armor, nous comptons environ 80 structures d’aide à domicile. La majorité de droite veut forcer les fusions pour arriver à 20 structures d’aide à domicile. Au final, et pour cela agite la menace de l’abandon de subvention à celles qui ne lui proposeraient pas de projet de fusion respectant son cahier des charges.

Il faut savoir que dans son projet, le Conseil départemental des Côtes d’Armor souhaite ouvrir  au secteur lucratif privé.

C’est donc une guerre ouverte et saignante qui s’opère depuis des mois entre services.

Dans cet état de fait, LTC « reine de la fusion » plutôt que de dénoncer ces projets s’accommode au système imposé et essaie de voir comment elle pourrait tirer son épingle du jeu libéral du CD22.  

En effet, les fusions par économies d’échelles proposées par LTC auront des impacts notables ( suppression de poste intermédiaires ( chef de services, responsable de secteur, direction, comptables….) accroissement de la dégradation des conditions de travail  et notamment des aides à domiciles ( + de trajet+ de personnes et moins de contact (déjà pauvres) avec leurs responsables….)

Mais le vrai problème c’est bien de lutter contre la suppression des dotations de l’état au département et collectivités territoriales qui permettrait de financer un vrai service public de l’aide à domicile!

C’est pourquoi, nous ne sommes pas favorable à trop glorifier les projets LTC si vite.

Se battre contre le projet du CD22 oui mais aussi, et c’est notre rôle d’insoumis de repenser en profondeur les choses. C’est pourquoi nous suggérons ces « états généraux de l’aide à domicile ».

A nous insoumis de faire connaître au plus grand nombre ce qu’est l’aide à domicile, sa réalité de fonctionnement afin que la prise de conscience se fasse chez tous nos concitoyens des enjeux de secteur oublié, négligé.