Droits de l’homme : mensonges sur le Venezuela, silence complice pour le Mexique

Sujet proposé par Pascal

Résultat de recherche d'images pour "mexique"
Au Mexique, y a pas que les cactus qui piquent…

Résumé du très bon article de Luis Alberto Reygada publié par Mémoire des luttes, et diffusé par Le Grand Soir et Venezuela infos

Images intégrées 1

Droits de l’homme : mensonges sur le Venezuela, silence complice pour le Mexique

Préambule de l’auteur :

Ces derniers mois, les projecteurs de nos médias dominants au service de la pensée unique se sont braqués sur un pays qui tente, avec ses réussites et ses erreurs (mais qui n’en commet pas ?), de construire les bases d’une société différente au modèle néolibéral que nous impose le système capitaliste. Il s’agit évidemment du Venezuela, et si ce pays s’est retrouvé au centre de toutes les attentions, c’était dans le seul but d’attaquer le candidat de la « vraie gauche » française qui avait une possibilité de remporter l’élection présidentielle d’avril/mai dernier. Le Venezuela a été accusé à tort par les médias dominants de violation massive des droits de l’homme.

L’hypocrisie des chiens de garde médiatiques est une offense à l’intelligence et à la vérité, mais surtout une offense pour les populations qui elles sont réellement soumises à des violations de droits de l’homme dans d’autres pays. Le Mexique est un bon exemple. Allié historique des États-Unis, et se plaçant donc du bon côté de l’échiquier géostratégique, son peuple peut bien souffrir les pires situations que son gouvernement jouira toujours du silence complice auquel ont droit les « bons élèves ». François Hollande avait fait de ce pays l’invité d’honneur du 14 juillet, en 2015, et son armée avait pu défilé sur l’avenue des Champs Elysées, sans que cela ne choque grand monde. Macron perpétue cette relation privilégiée avec le président Enrique Peña Nieto, l’invitant à dîner à l’Elysée le 6 juillet dernier. Pourtant peu de français connaissent vraiment la situation que traverse ce pays, surtout du point de vue des droits de l’homme. Le texte suivant tente de faire le point sur ces questions. Il est important que nous sachions ce qui se cache derrière les autorités que le représentant de la France invite à dîner en notre nom. Surtout si l’on y trouve une mare de sang…

Complément d’info et résumé de Pascal :

Notre « cher » président, Emmanuel Macron, dit le « beau gosse », sait choisir ses amis. Il les sélectionne soigneusement, et ne se tarit pas d’éloges sur la politique qu’ils mettent en œuvre, au-moins, envers celle du Mexique par Mr. Enrique Peña Nieto, extrait de la déclaration conjointe publiée par l’Elysée le 6 juillet 2017 (extrait commençant à 4mn40s) : « Le Mexique est à mes yeux un partenaire très structurant pour la région. Un partenaire avec lequel nos relations intellectuelles, culturelles, affectives sont extrêmement fortes et je souhaite continuer à les développer car derrière tout ça, il y a des relations humaines et les liens entre les 2 pays sont des liens avant tout entre les femmes et les hommes qui les font, les dirigeants les font vivre, les font rêver, les font commercer et c’est cela l’histoire qui nous unis. Merci encore, Mr. Le président d’être à Paris. »

Images intégrées 2
Arrestation de Javier Duarte par Interpol le 15 avril 2017
  • Qui sont ces « dirigeants qui les font vivre » ? :

    • les 4 premiers milliardaires mexicains représentant 9,5% du PIB en 2015,

    • les 3 gouverneurs du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, parti du président Enrique Peña Nieto), impliqués dans des affaires de détournement de fonds publics :

      • Javier Duarte qui n’a pas pu terminer son mandat à la tête de l’Etat de Veracruz suite à une mise en examen ; il sera finalement arrêté au Guatemala (avril 2017),

Images intégrées 3
Arrestation de Roberto Borge le 5 juin 2017
      • l’ancien gouverneur de Quintana Roo Roberto Borge qui s’est fait interpeller au Panama, alors qu’il tentait d’échapper à l’action de la justice, il était sur le point de sauter dans un avion à destination de Paris (juin 2017),

Images intégrées 4
L’ami (à droite, qui court toujours!) de l’ami (à gauche) de notre « beau gosse national ».
    • sans oublier le président actuel qui a dû, lui-même, demander des excuses à la télévision après l’énorme indignation causée par « l’achat« , par sa femme, d’une luxueuse maison – estimée à près de 7 millions de dollars – construite par une entreprise ayant bénéficié d’importants contrats publics.

  • Qui sont ces « dirigeants qui les font rêver » ? :

    • les agents de l’État, pointés du doigt par le Comité contre les disparitions forcées des Nations unies qui s’est alarmé du contexte de « disparitions généralisées » : 4814 cas en 2016 (pour un cumul de 31000 à ce jour),

    • un État, qui «est plongé dans une crise inédite de violence et de violations des droits de l’homme» observe Santiago Aguirre, vice-directeur du Centro ProDH, qui insiste sur la nécessité de prendre en compte trois facteurs qui alimentent ce cycle :

      • l’impunité [taux de 98%],

      • la corruption [des études de la Banque mondiale estiment que la corruption politique et économique pourrait représenter 9% du PIB]

      • et la macro-criminalité, une fusion du crime organisé et du pouvoir public.

En conclusion, le Mexique occupe, de ce fait, depuis 2014 la première place pour le nombre de plaintes pour violation des garanties individuelles présentées devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme. Parmi ces victimes se trouvent aussi des militants, des journalistes ou bien des défenseurs des droits de l’homme. En janvier dernier, Michel Forst, le rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme (mandaté par le Haut-Commissariat des Nations unies) a déploré l’existence d’une lourde tendance à la violence et à l’agression à leur encontre, tout en dénonçant le fait qu’ils soient parfois considérés par les autorités comme des « ennemis de l’Etat ».

Il est certain, qu’avec des références pareilles, le président Enrique Peña Nieto ne pouvait être que l’ami de notre « beau gosse national« .

Pour lire l’article en entier et toutes les références des différents faits cités, cliquez sur le lien ci-dessous :

https://www.legrandsoir.info/droits-de-l-homme-mensonges-sur-le-venezuela-silence-complice-pour-le-mexique.html

Un grand merci à Pascal pour cet article fouillé qui met l’accent sur les relation de Jupiter dans l’espace politique international.

Les Insoumis du Trégor 22