Le business de la publication scientifique

Un des géants de la publication scientifique est l’entreprise Elsevier propriété du groupe RELX Group .

La publication scientifique chez Elsevier en quelques chiffres c’est :

  • 34% de marge
  • 4 fois plus rentable que ses concurrents à la bourse de Londres
  • 16% des revues scientifiques mondiales

Mais comment arriver à ces bons chiffres​ ?​

  1. Les chercheurs envoient leurs travaux pour publication​.​
  2. Elsevier les fait relire par d’autres scientifiques parfois sans les rémunérer.
  3. Il ne retiennent que les publications les plus intéressantes​.​
  4. Les travaux retenus sont publiés dans les revues du groupe​.​
  5. Les revues du groupe sont vendues aux universités et labos où ​exercent lesdits chercheurs, auteurs de ces articles​.​

En 2014,​ les universités et labos de recherche auraient dépensé ​105 millions d’euros pour ces abonnements !​

Et voila la boucle est bouclée ​ou, ​comment le privé s’enrichit sur le dos du public !

Publier dans ces revues pour les chercheurs est devenu un critère d’embauche, un passage obligé : un  cercle vicieux.

Bien évidement,​​ ​pour​ que leurs articles soient​ publiés ​dans ces médias les chercheurs ​doivent ​renonce​r ​à ​leurs droits d’auteurs​,​ afin de céder gratuitement ces articles à Elsevier.

Une chercheuse Kazakh Alexandra Elbakan, a fondé un moteur de recherche « pirate »,​Sci-hub,​ qui contrevient aux droits d’auteur, mais permet le libre accès à ces publications à d’autres chercheurs dont les pays ou les universités n’auraient pas les moyens de passer par les portails officiels.

En 2015,​ Elsevier a attaqué en justice cette chercheuse .

En 20 ans,​​ les profits du groupe Elsevier ont été multipliés par quatre !